Sous le vent tiédi de septembre

Il a mis de la couleur sur le bord de la rivière,
sur un vieux bout de ficelle il a accroché un fer à cheval et quelques cailloux de formes étranges.

Il a semé des marguerites et planté là trois pousses de bambou.
Il a repeint en bleu et vert le vieil arbre mort.

La voie ferrée regarde d’un air désaffecté grandir ce petit jardin nommé « paradis ».

Emeraude, la Meuse endormeuse y a perdu un bras, il croupit sous le vieux pont nommé « le bain des soldats ».

Chaque fois que j’y viens un héron me cède la place. Ce midi, l’ombre des roses trémières ondule sous le vent tiédi de septembre.

 J’ai rencontré récemment 2 ans après avoir écrit ce poème le créateur de ce petit jardin en bord de meuse

monsieur JC de Marolle, un antiquaire parisien qui revient de temps en temps sur la terre de ses ancêtres.

Je lui ai fait lire mon poème, il m’a écris ceci :

« Bonsoir j’ai mis du temps a trouver je ne suis guère versé  dans cette diablerie d’internet mais enfin j’ai trouvé, je suis extrêmement touché que vous ayez pu mettre ce lieu en lumière sous votre plume il prend un éclat  que je ne soupçonnais pas j’aime beaucoup vos poèmes j’espère que les hasards du temps nous feront nous revoir respectueusement  JC de Marolle »

Un avis sur « Sous le vent tiédi de septembre »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :