Calme profond

Rouvrois sur Meuse, entre Verdun et Saint Mihiel

Un temps frileux toussait assumant son grand âge

assis sur un banc dans l’ombre sombre d’un tremble

il prenait ses vacances trois jours en décembre

douze coups de midi résonnaient au village

un silence gelé suivit leurs longs sillages.

Le temps conviait, ils ont trinqué au vent gris

nul ne sait ce qu’ils se racontaient sous la pluie

ils semblaient se connaître buvaient à la vie

hochaient la tête comme les meilleurs amis.

Trois rats des champs ont souri quand l’ombre du banc

à mimé une danse sur des chaumes grasses

vingt quatre coups sautillaient au tapis crin blanc

ils grelottaient sans un bruit en pause de glace.

L’après-midi engourdie dès la fin du jour

s’est endormie au douzième coup de minuit

les ding ding dong le temps et tous ceux de midi

tapotaient l’épaule du silence en détour.

Midi minuit lisaient les contes du whisky

trois rats des champs rêvaient d’une souris

le temps pluvieux dormait comme une ruine.

Dans un songe le tremble près du banc chemine

sous terre dans le calme profond des racines.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :