Belle ambiguë

Tu me chantais en ce refrain le temps qui passe
je t’aimais assidu toi ma belle ambiguë 
et pourtant si fière en vérité toute nue
je pourchassais un rêve que la nuit trépasse.

Je te pensais réveil tu étais là comtoise
tu appelais l’éveil je te nommais framboise.

Je t’aimais assidu toi ma belle ambiguë
mon amour androgyne d’un temps qui s’efface
je pourchassais un rêve que la nuit trépasse
femme masculine j’ai choisi l’ingénue.

Mon amour androgyne d’un temps qui s’efface
en notre pantomime à tâtons d’inconnus
femme masculine j’ai choisi l’ingénue
sous nos doigts se dessinaient, reliefs, corps de face.

Je te pensais réveil tu étais là comtoise
tu appelais l’éveil je te nommais framboise.

En notre pantomime à tâtons d’inconnus
et pourtant si fière en vérité toute nue
sous nos doigts se dessinaient, reliefs, corps de face
tu me chantais en ce refrain le temps qui passe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :