L’autre rive

En forêt vers Orbais l’Abbaye.

Approchant d’un soupir la rive de ma peur
portée par la brume lente dans sa langueur,
en fin d’automne dans cette forêt profonde
du silence surgit l’homme passeur des mondes.

Voyez-vous ces lueurs chatoiements d’autres rives ?
Je partirai sans heurt, estompé en dérive.

Alors s’avancera cette barque sur l’onde
remous disséminés fines paillettes d’or.
Délaissant ainsi tous les grondements du monde,
serein je passerai le Styx sans un remord.

(ok, oui c’est pas très gai et cependant, cela fait bien parti de la vie, ce passage vers l’autre rive. Un retour à la terre pour notre corps, une sorte d’éternité et de recommencement. Pour l’esprit, en dehors de ce qu’on laisse à notre descendance et ceux que l’on a côtoyé, c’est le mystère).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :