La chasse aux Travetoises

(Très inspiré de Lewis Carroll mais plus SF que fantastique.)

 Si les Jujubes joueurs ont l’œil tubereux


que dire de leurs brinborions 

les chiens de Tzingalos aux yeux humides et naseaux glaireux, 

ils filent une coniflure infernale

 elle s’étend dans l’immensité galactique au delà de la 6ème lune.
 

Tout spliques étaient les Borogoves
Mais plus encore méfiez vous des Travertoises.

Elles suivent indolentes les Borogoves cornues.
On les entends beugner longuement lors des libelunes au large d’Aldebaran.


Si on les laissait faire elles iraient deci-delà bringbalant à clic et à clac 

comme de vieilles mécaniques engrainées.

Version originale de Lewis Carroll « la chasse au Snark »

’Twas brillig, and the slithy toves
Did gyre and gimble in the wabe;
All mimsy were the borogoves,
And the mome rathsoutgrabe

“Beware the Jabberwock, my son!
The jaws that bite, the claws that catch!
Beware the Jubjub bird, and shun
The frumious Bandersnatch!”

He took his vorpal sword in hand:
Long time the manxomefoe he sought
So rested he by the Tumtum tree,
And stood awhile in thought.

And as in uffish thought he stood,
The Jabberwock, with eyes of flame,
Came whiffling through the tulgey wood,
And burbled as it came!

One, two! One, two! And through and through
The vorpal blade went snicker-snack
He left it dead, and with its head
He went galumphingback.

“And hast thou slain the Jabberwock?
Come to my arms, my beamish boy!
O frabjousday! Callooh! Callay! ”
He chortled in his joy.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :