ß

Qui était le pantin ?
Qui était la marionnette ?
Quand fräulein Eszett jouait l’ange bleu. (1)

Comment décrire ce plaisir,
Lorsque je modelais ses formes au fusain.
Chez elle rien de frêle à l’esquisse,
De mon crayon je fuselais ses cuisses.

Fräulein posait nue,
J’effleurais, parcourrais le double s de ses hanches.
Je touchais, retouchais le doux froufrou de sa toison.

Jeu de chair obscur dans les ombres de son corps sage.
Elle phantasmait un Marokko, j’étais son légionnaire devenu sauvage.

De sa voix chaude elle murmurait :
 —  umlaut, umlaut. (2)
Pour que j’accentue et passe à l’action.

Puis :
—  Einmal hin, einmal her, rundherum, das ist nicht schwer. (3)

À ce jeu nous n’étions plus maîtres de nos émotions.
Ingénue délicieuse, l’ange bleu m’emmenait en enfer.

Mademoiselle Eszett , (ß s’écrit aussi eszett, le double s allemand) l’ange bleu : titre d’un film avec Marlène Dietrich.
(2) umlaut signifie trema
(3) Einmal hin,… c’est une comptine qui veut dire « une fois ici, une fois là, tout autour c’est pas difficile ».  Il faut imaginer une invitation à un jeu amoureux de la part de la demoiselle.

Écrit pour un titre imposé « l’alphabet allemand d’hollywood »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :