Fukushima mon amour

Lever de soleil route de Chalons en Champagne retouché sur paintshop

Aujourd’hui le ciel est gris
le vent n’a pas chassé la pluie.
Sais-tu qu’il faut 24 000 ans
pour que le plutonium s’apaise ?
C’est le hic de l’atome, et pourtant
combien pour que la vie se taise ?
 
Je prends mon  Bescherelle,
conjugue tes mots à nos plaisirs.
Je prends mon becquerel,
conjugue tes maux à nos souvenirs.
 
C’était un matin d’hiver
là-bas dans la montagne,
je t’avais rêvé nue.
Premiers émois, dans la campagne,
On avait les atomes crochus.

 Oui tu étais une bombe,
tu m’avais atomisé ma chérie.
Bien-sûr l’atome et son monde,
tu en connais un rayon ma souris.
 
Il est des terres brulées,
comme un corps qui frémit.
Toi ton corps chaud et doré,
est une terre qui guérit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :