J’ai fait un rêve (1)

Pergam museum de Berlin, fresques trouvées à Huruk

Fille de Hediyeh, la sage-femme du village, Anahita a grandi près de ses oncles et tantes. Elle a 12 ans, de longs cheveux bruns, des yeux noirs de Jais. Dans ses jeux avec les enfants de son âge, elle s’impose comme un chef, elle a un fort caractère comme sa mère, mais tous adorent les aventures qu’elle leur fait vivre. En effet, les enfants livrés à eux-mêmes dans le village et ses proches environs, étendent leur zone d’exploration.

Ils sont nombreux à être volontaires pour aller garder les chèvres, il faut les protéger des lynx ou hyènes encore présents dans la région. Quand le troupeau ne grignote pas les Tamaris, il est souvent sur la colline, rassemblé au pied du grand Sycomore. Ce lieu est un point de vue sur la vallée de l’Euphrate. Elle mène d’un côté aux anciennes ruines d’Uruk. De l’autre, vers le nord on devine la ville de Samawa.
Tout près, en contrebas, le village d’Anahita est indemne des guerres qui ruinent le pays. Les enfants témoins du survol d’avions, qui parfois déchirent le calme des cieux, ont été préservés des horreurs du conflit.



Anahita aime être auprès de sa mère quand celle-ci est au foyer. Hedhiyeh est toujours active, ces jours-ci, elle a ramené des sacs de laine, elle a ressorti son rouet. Depuis toute petite Anahita a appris à filer. C’est Hedhieh qui tisse, ce tissu aux mystérieux motifs qu’elle vend au marché. On y devine la trame d’une histoire et les symboles d’une déesse des temps passés. L’étoile la plus brillante du ciel, les taureaux et le dragon au corps de serpent. Anahita est très fière d’en porter une étole, elle joue à la déesse et commande même les garçons.

Bien sûr, c’est Anahita qui a découvert l’accès au temple souterrain et mystérieux. L’entrée grosse comme un terrier, était cachée derrière un buisson. Après une descente abrupte dans des éboulis, un escalier est apparu. Pour une grande exploration Anahita a demandé à son groupe de se munir discrètement de bougies et allumettes. Ce faible éclairage leur a permis d’apercevoir la beauté de ces ruines. Les enfants en file indienne ont parcouru un long couloir. Il les a menés à une porte énorme, de grandes statues de guerriers barbus gardaient les lieux. Devant la Porte de pierre, une femme à la poitrine imposante taillée dans la roche semblait leur sourire. Autour des fresques de briques émaillées de bleu laissaient apparaître d’étranges animaux. C’était incroyable, les motifs étaient identiques à ceux qui étaient représentés sur les tissus de Hediyeh. Cet espace souterrain avait quelque chose de magique, il y régnait une fraîcheur bienfaisante. Une source y coulait et baignait les pieds de la statue féminine puis disparaissait dans la rocaille.

Anahita toute pensive a semblé se recueillir. Les plus téméraires du groupe se sont approchés de la porte et ont regardé si elle pouvait s’ouvrir, rien à faire, même en poussant à plusieurs rien ne bougeait. Le reste du groupe s’est inquiété Anahita semblait en transe, son corps se balançait lentement d’avant en arrière et elle fredonnait quelque chose d’incompréhensible. Puis comme si de rien n’était Anahita s’est ressaisie, elle a réuni le groupe et leur fait promettre de garder ce lieu secret. Ils ne devraient jamais en parler devant les adultes, ni à leurs parents, ni à l’imam qui venait les voir de temps à autre au village. La nuit suivante Anahita a fait un rêve étrange, à son réveil au petit jour, elle a su que plus rien ne serait pareil pour elle et les femmes de son pays. Elle s’est sentie transformée, investie d’une force inouïe, une volonté qu’aucun moudjahid coupeur de tête ne pourrait arrêter.                                                        

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :