Germaine

Germaine est fille de la campagne et de la forêt, petite fille de bûcherons.
Ma relation avec Germaine a commencé bien avant que ma femme en tombe amoureuse. J’ai connu les Parents de Germaine plus tard quand ma femme me les a présentés. Germaine ne laisse pas indifférent, dans la région de Reims à Epernay tout le monde connaît Germaine.


La première fois que je suis allé au village de Germaine, je n’étais qu’un gamin, un petit scout qui allait camper dans la forêt près de la ferme des bœufs. Je me souviens de notre chef Francois qui nous enseignait à vivre auprès de la nature, des jeux d’approche dans la nuit noire et humide de la forêt. C’est lors de ce jeu que j’ai gagné le coeur de Germaine, vous imaginez à tâton dans le noir ? Germaine et moi ça a commencé comme ça.

Je me souviens de ces petits matins givrés où l’on allait en short se laver dans l’abreuvoir de la ferme des bœufs. On était toujours bien accueillis par Bernard et Isabelle Verdonck. Bernard grand et costaud comme un ours avait la voix grave de Philippe Noiret. À la ferme des bœufs, il y avait quelques moutons, chevaux et un élevage de cochons.


Ce n’est que des années plus tard et avant que je fasse sa connaissance que ma femme est devenue institutrice au village de Germaine. Sa première classe pour ses vingt ans, ce fut une classe unique où elle accueillait les petits et les grands, les enfants de Germaine et ceux de Bernard et Isabelle. Je crois que ce n’est que peu avant que l’on se marie que Laurence m’a révélée qu’elle avait aimée et vécu dans le village de Germaine. Elle m’avait dit j’ai deux familles là-bas, c’est la famille Verdonck à ferme des bœufs et la famille des Parents de Germaine. Une Belle, coïncidence, mais ici en province le monde est petit.

On y est retourné ensemble, main dans la main, la ferme des bœufs était devenue ferme auberge. Laurence m’a montré que je ne connaissais pas tout de Germaine. Elle m’a fait découvrir et visiter le musée des bûcherons, dans la rue  à côté du vieux lavoir, la mairie-école ou elle logeait et faisait classe. Tout près, la ferme des Parents de Germaine n’avait pas changé, les trois autres filles d’Albert et Suzanne Parents s’appelaient : Rosa, Marguerite et Lola. Albert qui venait de les traire et nous a proposé un bon verre de leur lait encore tout chaud et crémeux.

Germaine est un village tranquille au milieu de la forêt, à l’écart de la route nationale qui relie Reims à Epernay.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :