Il fit beau

Je musais alors
les yeux bercés
aux paysages vallonnés

Ombrés de futaies bleutées
deux lacs reflétaient le ciel
où j’aimais décidément me perdre
pour des jours amoureux et prometteurs

Il fit beau
j’approchais
un sentier bordé de dentelles
blanches sur les cîmes
chaudes et sombres sur l’abysse
d’un amour à venir

Il fut dit
une fois
deux trois mots
un langage arabesque
aux saveurs de tendresse
chiffonnade de coquelicots

Balancement des arbres
les feuilles applaudissaient le vent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :