Nuit des ombres

Nombre de sombres ombres se poursuivaient et dans la nuit venaient se fondre en zombies.

Je me retournais dans mon lit sans oubli.

Nombre de sombres ombres me poursuivaient, je demeurais dans ma pénombre, comme Caïn à maudire et faire pâlir ma nuit.

Je régressais en regrets, culpabilisais puis rhabillais cette nuit.
À quoi bon me morfondre, les sombres ombres qui m’encombraient étaient parties.

J’évacuais les décombres dans le ronflement de feu ma nuit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :