Un petit creux pour un croissant

L’espace temps s’est courbé de désir,
instant de gravité dans la nuit galactique, poussières d’étoiles nébuleuses, à qui la faute si j’aspire au photon.
Si je suis si dense, c’est que j’aime faire danser les constellations.
Je croque la vie à pleines dents.

J’ai toujours eu faim de tout
et bien sûr faim de vous.
Je vous préfère bien mûrs,
ridés, plissés comme une vieille pomme.

Mais ne vous pressez pas,
tout viendra en mon temps.

J’ai le goût de la matière instable,
j’aime quand elle se désintègre, quel spectacle quand elle crépite et perd sa particule.

Ah pardonnez-moi si parfois j’ose,
et goûte une belle potée d’apothéose.
On dit de moi que je suis un trou,
je suis gourmand en la matière,
j’approche à pas de loup,
nettoyeur d’univers,
j’avale tout.

Ah j’allais oublier, merci pour le croissant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :