Au nom de tous les tiens

Où es-tu Martin ?
Où te caches-tu ?
Dans ces marbres sans fin
et ces Grès nus.

Dans la mémoire de Berlin
L’holocauste était nuit
Treblinka s’éteint
On oublie Varsovie

C’était trop, c’était tant
le drame de ces vies.
Ta femme tes enfants
Perdus dans l’incendie.

Le pêne de la porte
d’un travail qui rend libre.
Retiendra-t-il la cohorte
d’un front du délire ?

Où es-tu Martin ?
Où te caches-tu ?
Entendra-t-on demain
les paroles qui tuent ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :